Sucrées

Chambon – Fondant insolent sauce caramel salé au cumin

Un an sans activité.
Il est des périodes parfois compliquées qui te happent au point de te pousser à négliger le reste. Sauf que l’appel du mangeage est puissant. L’appel du cumin également. On ne se refait pas. Et puis flûte, où en sommes-nous du simili-cheesecake?
Viens Brouter est donc de retour, avec un petit dessert pour confire les organes internes et pour se faire pardonner un peu… Oui. A ce stade, on peut parler de confit.

 

chambon1_a

Le Chambon est à l’image de celui qui en a été l’inspiration : de la douceur, du fondant, de la fermeté, un brin de défi et de résistance, de l’effronterie, de l’inattendu et une envie folle d’y retourner. Je ne suis ma foi pas très objective, il s’agit du nom (et surnom d’usage) du bouclé qui partage ma vie depuis quelques temps et à côté de qui je me réveille tous les matins. Son anniversaire approchant, il m’était évident de lui dédier un dessert pour célébrer son jour de naissance, et pour manifester de manière plus gastronomique ma joie de faire partie de sa vie.
Framboises, parce que de saison. Et saison de la framboise passant comme coup de vent sous jupe, il est urgent d’en profiter. Chocolat blanc, parce qu’alter ego idéal du fruit à drupéoles. Et parce que j’en avais terriblement envie, soyons honnêtes. Restait à dresser l’écrin avec un biscuit sablé et couronner l’abandon (si, une fois en bouche, c’est un abandon) par la désinvolture : une sauce caramel « beurre salé »… au cumin.

NB : Le gâteau a été prévu pour un moule en silicone de 25cm. Les images montrent des portions individuelles. Attention, ce gâteau nécessite 6h (mini) à 24h de repos et se mange dans les 3 jours.

 

Pour un gâteau de 8/10 parts ( moule silicone 25 cm) :

Pour le sablé ( repos : 1h / cuisson : 25 minutes / refroidissement : 1 à 2h ) :

  • 200 gr farine T45
  • 100 gr d’amandes en poudre
  • 50 gr d’huile de noix de coco vierge
  • 60 gr de margarine végétale
  • 3 cuillères à soupe bombées de cassonade de candi brune
  • 1 pincée de sel
  • 2 cuillères à soupe d’eau

 

Pour la crème de chocolat blanc ( pré-refroidissement : 1 h / prise : 6h minimum, 24h optimum ) :

  • 400ml de crème de noix de coco ( standard )
  • 200 gr de chocolat blanc végétalien
  • 2 sachets de chantibio
  • 250 gr de framboises environ

 

Pour la sauce caramel salée au cumin ( cuisson : 5 à 6 minutes ) :

  • 50 gr de sucre blanc
  • 20 gr de cassonade de candi brune
  • 40 gr de margarine végétale
  • 60 gr de crème de soja
  • 1 cuillère à café rase de fleur de sel
  • 1/2 cuillère à café de cumin

 

-Mixez votre poudre d’amandes puis, dans un saladier, ajoutez-la aux matières sèches. Mélangez grossièrement et ajoutez l’eau. Pétrissez votre pâte à la main jusqu’à l’obtention d’une boule compacte. Laissez reposer une heure au réfrigérateur.
chambon1_b.jpg

-Après le repos, préchauffez votre four à 180°.

-Abaissez votre pâte dans un moule à manqué en gardant un niveau égal (pas de rebords, donc.). Enfournez pendant 25 minutes. Laissez refroidir pendant une à 2h.

-Lorsque la pâte est refroidie, disposez-y vos framboises.

-Placez un saladier ( idéal céramique ou inox ) et la boîte de crème de coco dans le congélateur pendant une heure ( pas plus). Versez la crème dans le saladier, et, à l’aide d’un batteur, fouettez pendant environ 2 minutes.

-Faites fondre le chocolat au bain-marie en le remuant en continu.

-Incorporez progressivement le chocolat blanc à la crème de coco tout en battant. La préparation va devenir liquide, ne soyez pas surpris. Lorsque le mélange est optimal, ajoutez petit à petit les 18 gr de Chantibio tout en continuant de fouetter.

-Versez délicatement la préparation sur les framboises. J’insiste. Délicatement. ( C’est l’histoire d’une fille qui avait, troubles obsessionnels aidant, disposé stratégiquement ses framboises avec une minutie maladive au point que la symétrie était possible et vérifiable. Et qui avait versé sa préparation comme un Tank. Hem.) Délicatement, j’ai dit.

-Réservez au réfrigérateur pendant 8h minimum. Honnêtement, après 24h de repos, la sensation est décuplée, le Nirvana du Love vous envahit, et voilà l’envie de se rouler dans l’herbe en sanglots avec une jupe vichy, et voilà la fulgurance du désir de courir tout nu dans une clairière en évitant les ronces et les tiques, et voilà l’envie de résilier son bail/abonnement chez Free/EDF/GDF pour aller vivre dans mon pays ce n’est pas mon payyyyyys c’est l’hiver. Oui donc je disais, 24 heures c’est mieux.

-Parenthèse. La sauce caramel peut se faire avant ou après la crème, cela n’a guère d’importance. Bien qu’il faille la réserver au réfrigérateur, elle se liquéfie assez vite après un bref passage au bain-marie, et cela plusieurs fois de suite.

-Dans une casserole, à feu doux ( le plus petit gaz est indiqué ), mélangez vos sucres et votre matière grasse sans jamais cesser de remuer. Attention, la préparation sera brune au départ… La coloration brune du caramel classique est un indicateur de cuisson, ce qui n’est pas le cas ici. Voici cependant une mesure approximative à valeur indicative qui pourra aider :

chambon1_c

-A 2 min, des petites bulles seront visibles.
-A 3 min, le mélange va commencer à blanchir.
-A 5 min, ajoutez votre sel, puis progressivement votre crème de soja, toujours en remuant pour éviter les morceaux.
-A 5’30/6min, si votre mélange est bien homogène, vous pouvez ajouter votre cumin en remuant bien. Votre sauce caramel « beurre » salée est prête. Vous pouvez la réserver dans un petit récipient que vous pourrez remettre au bain-marie si besoin. La sauce peut être consommée froide, tiède, réchauffée, à la cuillère, au doigt…

chambon1_d

-Après repos au réfrigérateur, servez votre gâteau accompagné de sa sauce caramel beurre-salé cumin (soit en nappage, soit à côté, selon convenance). Pleurez de bonheur, ouvrez les fenêtres, chantez du Claude François.

chambon1_e

NB : Il doit se servir frais, et se garde au réfrigérateur pendant environ 3 jours.

Publicités

Ondine – Sablés Amande Nostalgiques

ondine1

Oui. Nostalgiques.
Parce qu’Ondine, avec ses cheveux blonds sages, elle parlait de La Folle Allure de Bobin. Elle avait 15 ans, peut-être, ou 16, je ne sais plus très bien, mais elle avait l’âge des possibles, celui qui croit en l’art, qui y voit un langage à lui seul capable de mener les hommes à l’humilité et au partage. L’Art sauvant les foules et les fatalités. Le verbe, le trait et les ondes pour panser la damnation.

Et je la retrouve, Ondine, quelques années plus tard, longues années d’ailleurs, habitée d’un idéalisme similaire, plus dilué, l’expérience affadissant les teintes crues. Elle croit. Émanent d’elle l’espoir et la conscience d’être petite devant la frénésie du monde. Elle croit aux petites choses, à l’entraide. Elle attrape le vent, s’y suspend et se laisser porter.

J’admire cette fille. Soyons clairs. Pour je ne sais quelle raison. La nostalgie sans doute. Sans doute. Ou peut-être voir ses 16 ans porter sa vie, voir ce qu’elle en a fait. Se dire qu’on n’aurait jamais pu accomplir un dixième de son chemin. L’entendre vous dire la même chose. Et ne pas bien saisir.

Ondine, donc. A qui je dédie ce petit sablé adorable qu’elle habillera sûrement d’épices de Noël.

Soupir.
ondine2

L’Ondine a une bonne nouvelle : il fait un fond de tarte merveilleux. Si, si. Une pâte sablée vegan qui va renvoyer votre sablée-beurre au placard de Mamie. Il fait des biscuits qui accompagneront à merveille un thé blanc ou tout autre feuilles-à-l-eau-avec-un-nom-magique-pour-faire-stylé-alors-qu-en-fait-y-a-juste-de-l-écorce-d-orange-tawu-4-euros.

OUI, il fait un fond de tarte parfait, à condition de précuire un tantinet.
OUI, j’ai aussi une version sans gluten.
Et OUI, la recette arrive!

Pour 12 à 15 sablés moyens :

  • 150 gr de farine de blé
  • 30 gr de farine de riz
  • 100 gr d’amandes entières
  • 85 g huile coco vierge fondue
  • 10 à 12 gr de beurre cacao fondu
  • 2 cuillères à soupe de jus de citron frais
  • 4 cuillères à soupe de  sirop d’érable
  • 1/2 gousse vanille
  • 1 bonne pincée de sel

 

VERSION SANS GLUTEN

Pour 12 à 15 sablés moyens :

  • 180 gr de farine de riz
  • 100 gr d’amandes entières
  • 85 g huile coco vierge fondue
  • 10 à 12 gr de beurre cacao fondu
  • 2 cuillères à soupe de jus de citron frais
  • 4 cuillères à soupe de  sirop d’érable
  • 1/2 gousse vanille
  • 1 bonne pincée de sel

Dans un saladier, versez vos farines et votre sel.

Dans un robot ou à l’aide d’un mixeur plongeant (au choix, les deux vont), réduisez vos amandes en petits morceaux. Surtout, ne pas réduire en poudre, le broyat doit être grossier, poudre et morceaux. Mélangez à votre farine et remuez à l’aide d’une fourchette.

Préchauffez votre four à 180°.

Dans un bol au bain-marie, faites fondre votre huile de noix de coco et votre beurre de cacao sans jamais cesser de remuer. L’huile de noix de coco fond à température assez basse. Elle se solidifie en-dessous de 25°. Le beurre de cacao fond, quand à lui, à partir de 34°. Lorsque tout est bien fondu, retirez votre bol. Ajoutez le sirop d’érable, le jus de citron, la demi-gousse de vanille et remuez bien.

Ajoutez votre liquide aux farines, remuez à l’aide d’une fourchette, puis homogénéisez à la main. Il restera logiquement de la farine au fond du saladier, pétrissez légèrement à la main.

Laissez reposer une bonne demi-heure au réfrigérateur : la pâte doit être ferme mais pas solide.

Prenez une plaque à four sur laquelle vous aurez disposé une feuille de papier sulfurisé.

Sortez votre pâte raffermie. Solution numéro 1 : étalez votre pâte et prélevez des biscuits à l’aide d’un emporte pièce. Solution numéro 2 : Prélevez des boules (3/4 d’une balle de golf. Quoique n’ayant jamais joué au golf, j’ai bien peur de dire une connerie. Rabattez-vous sur le ping-pong, sinon. Évitez le tennis, en revanche.) que vous allez écraser comme une balle anti-stress selon le protocole hyper-scientifique suivant : paume gauche, paume droite, paume gauche, paume droite. Puis, écraser pour donner la forme d’un petit palet.

Disposez sur la plaque et enfournez à 180° pendant 10 à 12 minutes, puis à 160 jusqu’à ce que les sablés soient dorés comme sur les photos.

 

Version fond de tarte :

Mêmes ingrédients.
Précuire votre pâte pendant environ 5 minutes puis garnir selon votre goût, et enfournez de nouveau.

 

Les biscuits peuvent être conservés quelques jours dans une boîte hermétique. Sans boîte hermétique, disposés à même l’assiette, ils absorbent très peu l’humidité et sont encore meilleurs le lendemain, j’avoue. 

Ondine_3

Chloé – Moelleux Magique pécan-érable

chloé 082

« Préparez votre, préparez votre pâte
Dans une jatte, dans une jatte plate
Et sans plus de discours
Allumez votre, allumez votre four (à 200 ° en ce qui nous concerne.)

Prenez de la, prenez de la farine (200 gr, hein, on va commencer par ça.)
Versez dans la, versez dans la terrine
Quatre mains bien pesées
Autour d’un puits creux, autour d’un puits creusé

Choisissez quatre, choisissez quatre œufs frais… »

poussin

(source image : http://cinemiam.com)

Même pas en rêve, Peau d’Fesses!
Ah non, non, non, ce gâteau est amour, rondeur et volupté, il sent les câlins et les accolades, les secrets partagés et la sororité! Il sent la copine, pas l’élevage!

Oui, ce petit gâteau est magique, comme la fameuse Chloé à qui il est dédié. Déjà, on y trouve de la caroube (chez le gâteau, pas chez mon amie Chloé!), une belle réponse au cacao, avec un côté plus boisé et moins amer. Certes, il ne désamorcera pas la bombe de bouffe-consolation, mais j’ai envie de dire qu’on s’en tartine le sourire du derrière. Là où c’est gâteau est doublement magique, c’est qu’il trouve toute sa poésie dans son association avec son fourrage (ou nappage, au choix!) chocolat.
Pour garder sa texture, nous aurons cependant besoin de poudre à lever. Il s’agit, pour cette recette, d’un mélange amidon de maïs/bicarbonate/acide tartrique facile à faire soi-même, à condition de pouvoir épuiser les stocks avant les dlc. Un sachet de poudre à lever en magasin bio sera, à mon avis, suffisant.

Allez, trêve de dissertation, venons-en à la confection! (t’as vu la punchline? Promis, je ne la referai plus…)

Donc, pour préparer votreuuu, préparer votreu pâteu, vous devrez préchauffer -10min- votre four à… à… 200°, merci celui qui suivait au fond.

Pour 9 à 12 Chloé :

  • 200 gr de farine
  • 2 cuillères à soupe légèrement bombées de caroube en poudre
  • 160 ml de lait végétal ( ici, Riz Amande )
  • 7 cuillères soupe sirop érable
  • 5 cuillères à soupe de purée de noisettes
  • 6 cuillères soupe huile à goût neutre ( tournesol, pépin de raisin…)
  • 2 poignées noix de pécan grossièrement concassées
  • 1/2 café de sel
  • 1 sachet poudre lever

Pour son marvelicieux nappage ou fourrage chocolat (au choix ! *) :

  • 16 carrés de chocolat noir
  • 2 cuillères à café de sirop d’agave
  • 7 à 8 cuillères à café rases d’huile de noix de coco vierge**

-Dans un saladier, verser votre farine et votre caroube, mélanger avec un fouet ou une fourchette jusqu’à homogénéiser le mélange.

-Ajouter le lait végétal, la purée de noisettes, le sirop d’érable, l’huile et la poudre à lever. Mixer le tout au mixeur plongeant.

-Lorsque votre pâte est prête, ajouter vos noix de pécan, puis remplir un moule à muffin ou des caissettes.

-Enfourner à 180° pendant environ 15/20 minutes. Attention, l’efficacité des fours variant, n’hésitez pas à planter dans vos gâteaux une pointe de couteau qui doit ressortir sèche, afin d’en estimer la cuisson!

-Laissez les refroidir (ils sont meilleurs le lendemain).

-Lorsqu’ils sont froids, mettez dans une casserole les ingrédients cités pour le nappage, le tout à feu doux, puis remuez jusqu’à ce que le mélange soit fondu et homogène.

-A l’aide d’une poche à douille, farcissez vos gâteaux avec le mélange ou nappez les généreusement, au choix. Ils sont encore meilleurs avec leur sauce chocolat chaude à tiède!

*    : Les doses indiquées sont à titre indicatifs et ont été établies sur une base de 3 muffins (4 carrés de chocolat/2 cuillères rases d’huile vierge de noix de coco/1/2 cuillère d’agave). Selon votre goût, elles peuvent évidemment varier.
**  : L’huile de noix de coco a été mesurée à l’état solide en sortant du réfrigérateur.

chloé 056

Le Chloé version caissette.
chloé 067

Le Chloé version muffin.

Julie – La fureur rousse au chocolat

julie1

 

Avant toute chose, j’aimerais vous présenter mes plus plates excuses pour mon absence des dernières semaines. La vie nous rattrape parfois avec ses mains pleines de moignons pour nous démêler les cheveux, et ça ne marche pas à tous les coups.

J’aimerais aussi m’excuser pour la qualité des photos qui vont suivre. La météo et le papier sulfurisé nous rattrapent parfois avec leurs mains pleines de… Ouais, enfin, vous voyez l’idée.

Il y a quelques semaines, je fus invitée par une amie chère, Julie. L’occasion de lui créer un petit dessert était toute évidente. Après qu’elle m’eût régalée avec son dahl de lentilles capable de consoler un gothique en fin de vie, nous attaquâmes l’entremets éponyme. Je l’ai vu roux, ce dessert. Flamboyant, généreux, simple, espiègle et marquant, plein de vie, un brin d’amertume et de caractère, à l’image de ma Julie adorée  et de ses boucles ambrées (oui, je suis niaise. Mais je l’aime bien, hein.)

La croûte à base de dattes, déclinable à l’infini, personnalisable, fait mouche chez les amateurs de cuisine raw/vegan , et j’avais dans l’idée de mettre au point un dessert alliant ma relecture du sujet à mon péché mignon : la mousse au chocolat. Difficulté majeure : équilibrer les saveurs, afin que chacun trouve sa place et que le final reste en bouche sans écœurer. La croûte doit être parfumée et sa touche de sucre ne doit pas être excessive pour révéler très justement l’amer de sa garniture chocolat.

Après plusieurs tentatives, le verdict reste sans appel. Le Julie sera ainsi, ou ce ne sera pas un Julie!

 

julie2

 

Pour 12 Julie individuels (ou un Julie 12/14 parts)

 

Pour la croûte :

  • 13 dattes Deglet Nour ( Surtout pas de Medjool : trop sucrées pour ce dessert! )
  • 160 grammes de pralin ( recette maison à venir, si vous ne pouvez pas en faire pour le moment, un pralin tout fait ira bien. )
  • 3 gouttes d’huile essentielle d’oranger doux

 

Pour la « mousse » chocolat :

  • 400ml de crème de noix de coco ( standard )
  • 1 tablette de chocolat dessert (idéal : 60% de cacao)
  • un sachet de chantibio ( oui, exceptionnellement, on aura recours à un aide culinaire)

 

Il est nécessaire d’attirer votre attention sur un détail : la Medjool, cette datte charnue et terriblement savoureuse, ne devra malheureusement pas remplacer la Deglet Nour, plus nerveuse et sobre. En effet, ses tonalités miel, sa générosité risquent de trop sucrer votre croûte. Préférez vraiment des Deglet Nour.

 

NB 1 : Au congélateur, disposez un saladier en verre ou en céramique que vous laisserez pendant environ 30 mn.

NB2 : Au réfrigérateur, laissez votre crème de noix de coco (pas de lait, attention!) pendant une à deux heures.

 

-Dans un saladier, plongez les dattes que vous laisserez regonfler dans l’eau bouillante pendant environ 12 à 15 minutes. Après ce petit bain, mettez-les dans un mixer avec deux cuillères à soupe d’eau chaude. Mixez jusqu’à obtenir des morceaux minuscules.

-Mélangez le pralin à vos dattes et malaxez à la main (propre, hein!). Travaillez votre préparation comme une pâte sablée. Vous devez au final pouvoir former une grosse boule.  Laissez reposer deux minutes. Ensuite, et seulement là, déposez les trois gouttes d’huile essentielle d’oranger doux à différents endroits de la boule, et malaxez de nouveau afin de bien fondre l’huile essentielle. Une quinzaine de mouvements suffiront.

-Dans un moule à muffins, disposez soit du papier sulfurisé, soit des caissettes en papier (il faudra douze emplacements). Le procédé sera le même pour un Julie 12 parts (moule à gâteau à bords hauts tapissé d’une feuille de papier sulfurisé).

-Faites des boules de la taille d’une balle de ping-pong et écrasez-les dans la paume de votre main. Disposez les boules aplaties dans vos mini-moules, et étirez la pâte jusqu’à faire un rebord d’environ 1,5 cm de hauteur. Faites attention à l’homogénéité de l’épaisseur de pâte. (Pour le Julie 12/14 parts, même processus, remontez les bords à 2/2,5 cm de haut).

-Dans votre saladier tout droit sorti du congélateur, versez votre crème de noix de coco. Battez-la au fouet électrique pendant environ 5 minutes, pour la monter comme une chantilly. Elle doit être légèrement mousseuse, aérée. Elle ne ressemblera pas à une chantilly, qu’on soit clairs, il suffit juste de l’aérer un maximum.

-Parallèlement, dans une casserole, faites fondre votre tablette de chocolat – soit à feu très doux, soit au bain-marie – à laquelle vous aller ajouter trois cuillères à soupe de crème de coco pour éviter qu’elle sèche. N’hésitez pas à la remuer de temps en temps.

-Incorporez votre chocolat à votre crème de noix de coco battue, battez de nouveau afin de bien mélanger. Lorsque la couleur de votre préparation semble homogène, saupoudrez un sachet entier de 8g de Chantibio (ou autre fixateur de chantilly, mais le Chantibio est idéal, et ne contient que de l’amidon de maïs précuit, de l’amidon de pomme de terre précuit, et d’un peu de dextrose -du sucre, en gros-) et mélangez pendant au moins une minute.

-Puis, remplissez vos réceptacles! Vous pouvez, et même DEVEZ remplir jusqu’à recouvrir vos petites bordures, environ 2 fois plus haut (cf image, test sur un Julie 6/8 parts).

-Mettre au réfrigérateur pendant minimum 6 heures. L’idéal? Les préparer la veille pour le lendemain. Juste avant dégustation, sortez-les de votre réfrigérateur, démoulez du papier, la préparation tient et ne s’effondrera pas. Vos gâteaux se conserveront jusqu’à 3 à 4 jours dans une boîte hermétique au frais!

 

julie3

 

* Le Julie est un dessert simple à réaliser, peu coûteux en définitive, mais il tient sa force de son équilibre sucre-amertume. Les nouveaux boulangers à Croix-Rousse juste en face de chez moi ont testé la version définitive et l’ont adorée (chanceuse que je suis), en me disant : « Tiens, ça nous a rappelé les Pim’s! »

Carmen – Flan d’ananas à la mélisse

Image

Si je t’aaaaaimeuuuu, prends agar-agaaaaaaaaaaarde à toiiiiiii!

Bonjour, cher brouteur, chère brouteuse,

C’est sur ce jeu de mots tout à fait discutable que j’ouvris mon deuxième petit -oui, très petit, et il faut qu’il le reste- dessert, et que le charme opéra.

Après une semaine ponctuée de soleil et d’appels au printemps, je m’apprête à m’armer de mon plus beau chariot-mémé pour faire le marché de la Croix-Rousse où, comme chaque samedi matin, mon cher Michel, tout habillé de moustaches et de flottement matinal, m’accueille avec sa bonhomie légendaire et ses cheveux fous. Cette fois, nous causerons légumes et recettes sous… des trombes d’eau. Et je repartirai avec tout un tas de merveilles, de la mélisse, et la patate.

OUI. De la mélisse fraîche. Avec un arôme doux et citronné, légèrement fleuri. S’il est une chose que j’ai apprise avec cette plante vivace est qu’il ne faut sous aucun prétexte, TU M’ENTENDS, AUCUN, la laisser traîner. Et non, la demoiselle a quelque chose de la Bovary, elle s’ennuie vite et perd de son âme à peine cueillie.

Il fut donc urgent de trouver comment révéler la Lamiacea aux vertus toniques, relaxantes, et antidépressives, et d’en détourner l’utilisation « terroir », id est, tisane et bonbons, bien que ces derniers me rendent dingue.

Brouteurs, brouteuses, il est l’heure de donner du bonheur sucré que vous devrez manger avec parcimonie, car cette sublime petite délicatesse doit rester une exception. Sa texture et sa saveur douce et acide relèverons un biscuit un peu fauve, par exemple.

Je vous conseille, pour cette recette, de vous munir de petits moules à glaçons.

Pour une vingtaine de petits flans :

  • 90 g de mélisse fraîche
  • 15 cl d’eau
  • 400ml de crème de coco (évitez le lait qui donnera des flans trop transparents et moins onctueux)
  • 1/2 ananas frais (environ 250 grammes) dont une tranche fine réservée
  • 60g de noix de coco râpée
  • 4 g d’agar agar
  • 2 c à s de sirop d’agave
  • 1/2 c à c de cardamome

-Dans une casserole où vous aurez versé l’eau, plongez les feuilles de mélisse et laissez bouillir pendant 7 minutes environ, en remuant pour que les feuilles rentrent bien au contact de l’eau.

-Retirez-les, et laissez les plus petites qui seront restées au fond de la casserole.

-Ajoutez la crème de coco à l’infusion de mélisse, puis coupez en dé votre ananas.

-Mixez le tout.

-Ajoutez à votre mélange la noix de coco râpée, l’agar agar et la cardamome, puis fouettez vigoureusement pendant 30 secondes.

-Ajoutez enfin votre sirop d’agave, puis remuez de temps à autres jusqu’à ébullition. Éteignez votre feu au bout d’une petite minute d’ébullition.

-A la fin de la cuisson, pressez votre fine tranche d’ananas, remuez.

Et c’est tout.
Si, si, je vous jure.
Verser votre mélange encore chaud dans vos moules à glaçons, puis, lorsqu’ils sont refroidis, mettez-les au frais. Ils sont encore meilleurs après quelques heures de repos à température basse.
Si l’expérience vous dit, vous pouvez même les confier à votre congélateur pendant une heure ou deux, et les laisser fondre en bouche!

Image

Isabelle – Palet à l’amande et à l’oranger doux

Les lectrices déçues par le célèbre 50 Shades of Grey sont invitées à se venger sur ce palet doré… version 50 Shades of Gras. Soyons honnêtes, si ce dessert vous caresse la gourmandise dans le sens du poil, il vous garantira en échange une brouette de calories par bouchée.

Pourquoi s’appelle-t-elle Isabelle, cette charmante rousse fondante? Et bien, parce qu’elle a été conçue spécialement pour une amie chère à mon cœur qui s’est retrouvée en fâcheuse posture. Après un accident rapide, celle-ci s’est retrouvée avec une jambe dans le plâtre, avec tout ce que ça implique : bloquée chez elle pendant des semaines, faisant face au silence et à l’ennui le plus total. Bon, elle est plutôt bien entourée, cela dit. C’est rassurant.

J’avais donc prévu une visite en lui disant : « Je t’emmène des cochonneries! ». Secrètement, je fomentais un coup d’écla(boussure)t : lui dédier un petit dessert éponyme (principe qui deviendra un peu le concept de la maison).

Que dire ? Isabelle est généreuse. Elle est entière. Elle est facétieuse et inspirée… Il fallait que l’on sente tout cela.

Alors de l’amande, de l’orange, de l’amour… et du sucre, et du gras.

Image

Pour une douzaine d’Isabelle 

* Préchauffez votre four à 180°

  • 2 cuillères soupe de graines de lin broyées
  • 6 cuillères soupe d’eau
  • 60 g sucre blond
  • 4 cuillères soupe sirop d’érable
  • 100 g margarine fondue
  • 80 g de poudre d’amande
  • 40 g de farine de riz/châtaigne + 1 cuillère à café de fécule de maïs (à mélanger au préalable)
  • 4 gouttes d’HE d’oranger doux (si votre HE est forte, préférez 3 gouttes)

-Broyez vos graines de lin à l’aide d’un hachoir. Réservez dans un petit bol, et ajoutez votre eau. Progressivement, une substance mucilagineuse va se former. Cette matière gluante est ce qui va vous permettre de remplacer le blanc d’œuf! Au bout de 15 minutes environ, passez votre BLOB au tamis, en remuant à la cuillère afin d’en récupérer le maximum. N’hésitez pas à patienter un peu…

-Une fois votre « blanc de lin » récupéré, prenez un saladier, versez-y votre blanc de lin et battez-le énergiquement pendant deux bonnes minutes à l’aide d’un fouet.

-Ajoutez le sucre et le sirop d’érable. Mélangez au fouet, encore une fois. Faites fondre votre margarine et ajoutez-la au saladier.

-Incorporez votre poudre d’amande, mélangez le tout. Rajoutez enfin votre mélange sec (farine et fécule). Mélangez.

-Touche magique finale, ajoutez vos gouttes d’huile essentielle d’oranger doux. Pour ma part, la mienne n’étant pas forte, je me suis permis d’en mettre 4.  Mélangez bien.

-Dans un moule à muffins (l’idéal étant un moule à mini-muffins!), versez votre pâte et enfournez à 200° pendant 10 minutes, puis à 180° pendant 5 minutes.

Une bien belle Isabelle qu’il faudra démouler tiède, et déguster aussi bien tiède que froide. Amour, gras, amitié, tout ça…

NB : Le mélange farine de riz+farine de châtaigne a été choisi pour s’adapter aux régimes sans gluten. Vous pouvez très bien le remplacer par de la farine de riz seule, et si aucune intolérance au gluten n’est notée chez vous, par de la farine de blé.

Image