Chiche-Pavé d’Agosto et ses mises en bouche

5 Septembre. Nom de Djâââp. On va attaquer Octobre sans canicule.

Le temps a passé plus vite que moi, et je me rends compte que l’été m’aura fait galoper ailleurs. Vous savez ce que c’est, la famille, la santé, les imprévus qui vous bouffent le foie et qui vous font déserter les fourneaux… Pas de vacances cependant. J’ai tout de même concocté, essayé pas mal de petites choses, des bonnes, des moins bonnes, des trop personnelles pour être bonnes (un peu comme le cubisme, voyez?) et suis de nouveau dans la place!

Je dois l’avouer, je voue un culte complètement démesuré au pois chiche, quels qu’en soient la forme et l’assaisonnement. Ça ne se discute pas, ce truc. T’étais petit, on t’annonçait couscous, tu ramenais ton assiette, et tu comptais les chutes de Graal sur le petit tas de semoule, en repoussant le plaisir jusqu’au bout : le pois chiche conclurait l’extase. Plus tard, vacances à Aubagne, tu rencontres la Panisse, et là, tu pleures, ça ne boulette pas sur la langue, ça ne glisse pas violemment entre deux coups de fourchette, mais misère, ça fond, ça fond sous la croustille du dessus, et là, tu bénis la farine et ceux qui la grillent à la poêle.

Aujourd’hui, donc, on attaque avec une entrée ( UNE? Que dis-je, TROIS! ) à la fois fine et copieuse, un brin restaurant chic, qui est déclinable en versions folles, mais j’aborderai ce dernier point dans un autre article.

Effectivement, à première vue, le Chiche-Pavé ressemble davantage à un palet breton frit qu’à la promesse fondante que je défends ardemment. Sauf que Tatie Josette a vu son estomac faire un 8 lorsque, son acuité visuelle et son attention baissant, cette goulue a souhaité tremper le biscuit -si je puis me permettre- dans son café Liégeois et le mâcher avec joie, bonheur et inconscience. Je ne sais si c’est le couple poivron-café ou piment-olive qui aura eu raison de sa paroi stomacale. Ou les deux. Donc, Tatie, en disciple de Magritte, je répète : ceci n’est pas un truc-sucré-qui-se-mouille-dans-la-camomille.

Elle aura néanmoins vu son appétit revenir au galop lorsque, la courgette à la main, je la poursuivis dans le couloir en la menaçant de la pousser de couper les freins de son déambulateur électrique, ce à quoi elle répondit du bout de son museau renfrogné tout en rebroussant chemin :

Durer23

 

 

Je m’engageai donc à la consoler avec ça :

4g_patechiche 001

Une mise en bouche crue, aux quatre nuances de vert rafraîchissantes, dont Tatie salua l’intention en décrétant que la canicule ayant abdiqué cette année, la sélection naturelle n’aurait pas eu raison d’elle. Elle ne rechignerait pas devant ce petit mille-feuilles de courgettes qui, à défaut de lui redonner une seconde jeunesse, l’aiderait à combattre le stress oxydatif.

Et ces petits trucs orange qui fristouillaient dans la casserole, c’était quoi donc, dis, c’était quoi, qu’elle demandait d’un air suspicieux.

Quoi, ça, Tatie Josette?

4g_patechiche 049

Si elle ne savait pas ce que c’était de prime abord, elle en redemanderait, je le jurai sur une tête d’ail. A l’odeur, elle misait sur du gras. Tatie, oui, mais pas n’importe lequel! Huile d’olive pour la « fristouille », et le reste lui parlerait une fois en bouche.

Si vous aussi, vous souhaiter faire des oh, des ah et conserver les freins de vos déambulateurs, je vous invite à brouter l’entrée stylée du jour!

 

Pour 6 Chiche-Pavés d’Agosto :

NB : préparez la pâte une à deux heures avant de passer à la poêle.

  • 110 gr de farine de pois chiche
  • 110 gr d’eau
  • 1/2 poivron (environ 60 gr)
  • 10 à 12 olives noires dénoyautées
  • 3 gousses d’ail
  • 5 feuilles de basilic petites à moyennes
  • 4 cuillères soupe de sauce soja
  • 2 cuillères soupe huile d’olive
  • 1/2 cuillère de piment moulu
  • 3 cuillères à café de sésame blond

-Dans une tasse, broyez au mixer plongeant votre demi-poivron, les olives, l’ail, la sauce soja, le basilic, l’huile d’olive et le piment jusqu’à obtenir une purée.

-Dans une casserole, versez votre farine puis ajoutez l’eau, et fouettez à feu moyen pendant 2 minutes environ.

-A la troisième minute, incorporez votre purée à votre préparation de pois chiches, ajoutez le sésame et continuez à fouetter pendant au moins 2 minutes.

-Laissez reposer une minute à feu doux. Votre mélange doit être épais, comme un écrasé de pommes de terre.

-A l’aide d’une cuillère à soupe, versez votre préparation dans un moule à muffins 6 emplacements, et tassez la surface avec le dos de votre cuillère.

-Réservez pendant une à deux heures.

 

Pour 6 mille-feuilles Four Green :

  • 1 jeune courgette
  • 2 à 3 tomates anciennes vertes
  • 6 feuilles de basilic
  • 6 feuilles d’épinards chinois
  • Coriandre moulue (selon votre goût)

-A l’aide d’un économe, taillez des tagliatelles courtes (environ 8 cm) de courgette et des rondelles très fines de tomates vertes.
-Disposez comme suit : 1 tagliatelle/1 rondelle de tomate, sur 6 couches.
-A la 7ème couche, disposez votre feuille de basilic sur laquelle vous poserez une rondelle de tomate, puis une tagliatelle de courgette.
-Finissez par une feuille d’épinard chinois, puis saupoudrez légèrement de coriandre moulue. Le goût doit être subtil.

Pour 6 chiffonnades de carotte à la noisette :

  • 25 à 30 noisettes
  • 2 carottes moyennes
  • 1 cuillère à café de sel
  • 1 cuillère à café de coriandre moulue
  • 4 cuillères à soupe d’huile d’olive (vos carottes vont frire)

-Détaillez vos carottes en longues tagliatelles à l’aide d’un économe.
-Dans un bol, mixez vos noisettes au mixer plongeant. Attention, il doit rester des morceaux!
-Dans une poêle, versez votre huile d’olive, chauffez à feu moyen pendant une minute, puis ajoutez vos carottes et remuez pendant 2 minutes.
-Lorsque vos carottes commencent à être saisies, ajoutez la noisette et remuez de nouveau.
-Au bout d’environ 3 minutes, le bord des lamelles de carottes atteste de leur cuisson, aussi pouvez-vous ajouter le sel et la coriandre moulue.
-Servez avec la noisette.

 

-Enfin, dans une autre poêle huilée et chauffant à feu moyen, disposez vos Chiche-Pavés et dorez-les de chaque côté. Servez chaud avec la chiffonnade de carotte et le mille-feuilles Four Green!

 

4g_patechiche 025

Tatie Josette a voté oui. Son déambulateur est toujours vivant. Elle aussi, d’ailleurs.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s